top of page
  • baptistedefontenay

Debt ? (Reader Questions)

Following my last article on debt, several readers shared their ideas and remarks in the comments (150 comments, thank you!). I found this exchange interesting and I will use this article to answer some of these remarks in more detail.


1 - "I refer all those who are interested to the writings of the economist William Nordhaus"

The writings of W. Nordhaus have indeed been a basis for reflection for my article and he is indeed quoted. His thesis is detailed in: "The Political Business Cycle," The Review of Economic studies, 1975.

To summarize it briefly: governments want the economy to be in good shape during election years. They therefore tend to influence economic conditions so that the unemployment rate and other economic indicators send a positive message to the electorate on the eve of an election. These writings are very important because they were among the first to highlight these careerist practices and to desecrate the image of the benefactor state.

Important economic crises during mandates are periods in which these behaviors tend to stop. In France, the euro zone and the European Central Bank allow the state's room for maneuver to be nuanced because the French government does not have total control over its economic policies.



2 - "What about Japan?"

In the past (in 1992), Japan had a budget surplus and its public debt was less than 70% of GDP. Today, Japan has a debt of about 10,000 billion euros, or more than 250% of its gross domestic product!

The rating agencies regularly warn the Japanese authorities and the country's sovereign rating is now far from the prestigious "AAA" rating lost in 1998. Moreover, the government does not seem to care and the ageing of the population as well as the different stimulus plans seem to foresee an even bigger debt in the years to come. The government has even calculated that its future evolution could reach 600% of GDP in 2060.


How is this possible?


I think there are two main reasons. The first is ideological: Japanese people do not perceive debt as negatively as Europeans do. The second is that more than 90% of Japanese debt is held by Japanese economic agents.

Many Japanese politicians perceive debt as an investment and not as a burden. Debt in Japan is above all a bet on the future.

Another explanation is that Japanese debt is overwhelmingly held by domestic economic agents. Indeed, 36.7% of their debt is held by the Bank of Japan, 24.7% by domestic financial institutions and 21.8% by local insurers (September 2016, according to the Japanese Ministry of Finance). Therefore, less than 7% of their debt is held by foreigners, compared to, for example, 60% for France. Thus, Japan is not under the threat of a situation where foreign investors, worried about the government's ability to repay, would stop lending to Japan. Moreover, Japanese financial institutions continue to buy government bonds in all situations. So Japan continues to lend money to itself, with negative interest rates, and no one considers this a problem.



3- "The debt is not the result of living beyond one's means, as we are often accused of in order to justify the draconian measures imposed on us, but the result of the dynamics that drive the system as a whole. How could there not be debt, since without debt there is no money? But it is so much simpler and more lucrative for those who profit from it to make the citizen feel guilty rather than to admit that if money is indeed a debt by nature, it is a debt owed by society to its population and not by society to the banks.

Philippe Derudder"


Philippe Derudder's vision may seem drastically opposed to mine, but I think we agree on certain points.

For P. Derudder, the economy is at the service of man and not the other way around. I share this view. For me, the debt can in no way be used to make all citizens feel guilty and it is the duty of politicians to assume their responsibilities.

Moreover, I do not use the current level of debt to advocate draconian measures. I just criticize that this level of debt, as important as it is, is not allowed to reduce inequalities nor to really improve the daily life of the French people because it is more the result of a political use of economic measures.



4- "Everyone communicates about a deficit as a % of GDP. 3%, 5%, 6%, it doesn't seem like much. Except that the State's revenues are not the GDP. If we evaluate the State's deficit in relation to its revenues. The deficit is 76 billion for 310 billion in revenue. The deficit is therefore 25%."


Always relating the debt to GDP can be misleading. For example, this ratio can be confusing when compared between different states. Let's take the example of two countries, one that has not chosen to be a highly social state like the United States, where the share of public revenue in GDP is about 25%, and a highly social state like Sweden, where this share is about 47%. If their GDP/debt ratios were the same, they would be confusing as to the real danger their debts pose to their respective economies.


In fact, when we talk about debt we have to take into account many indicators: tax revenue, interest rate over 10 years, GDP...

We could also talk about net debt, i.e. a debt from which we subtract the "financial reserves" of the states: the financial assets (shares...). In this case, on the contrary, the net debt would be lower than the gross debt (about 37% of GDP in 2007 for France).



5- "The electoral demagogy that you describe is a major factor in the development of our public debt. On the other hand, the realization of promises is easier when growth is strong, which has been less the case in recent decades."

I think that our electoral system is not "the origin of evil" intrinsically, but rather what it represents, i.e. a system that many politicians use to maximize their electoral chances.

I would also like to make it clear that I am not at any time making a hierarchy of the essential drivers of the debt. When I speak of "the origin of the evil", it is because for me this problem is the most serious because it results from a moral choice. Moreover, the choice of "political courage" that I advocate is not subject to any particular circumstance and therefore seems to me particularly interesting from a theoretical point of view.


6- "France is the most taxed country in the world, successive governments spend taxpayers' money like a kid spends his pocket money in a candy store....

The enarques are a plague for the country, everything they touch goes up in smoke, they are highly harmful, they are like ticks on the back of an animal sucking the blood to the last drop... "

You are right, France is the most taxed country in the world. The Organization for Cooperation and Development (OECD) annual study on taxation reveals that France is indeed in 2017 the most taxed country in the world with tax revenues reaching 46.2% of its GDP (it is just ahead of Denmark (46% of its GDP)). The increase in tax pressure is a long-term trend in developed countries. Indeed, the average tax revenue of OECD countries was 34.2% of GDP in 2017 compared to 33.8% in 2000.


The facts are there: France levies a lot and it takes on a lot of debt. So where does the money go? How can we only have the 26th highest HDI in the world (ex-aequo with the Czech Republic)?


There are several elements to take into account to answer this question and it is sure that the politicians and governments in power during the last decades must take their share of responsibility. My article does not spare them and I criticize this too frequent use of economic policies for personal and careerist purposes.

However, I think it is important not to fall into caricature. Not to cry "all rotten"! I hope I am still right in believing that some politicians have a real vision and are not just careerists.




7- "Why do you speak of the negative rate as "negating progress?"

When I talk about the negative rate "negating the philosophy of progress", I am talking about the idea behind the negative rate. In fact, the negative rate denies the "philosophy of progress" because it refuses to see the time interval that separates the loan from its repayment as a source of progress, a temporal space that will allow man to improve himself and in this case to generate a profit.

When I talk about "philosophy of progress", I am talking about the idea that the passing of time represents a possibility for man to improve himself. In other words, that tomorrow we will have progressed and that is what denies the negative rate.



8- "The state is not a company, it is eternal and therefore always solvent. Debt is not a problem."

Obviously, a state is not an economic agent like any other. Indeed, it is not intended to be profitable like a private enterprise and is considered much more solvent than any other agent. Thus, even if a state runs one year after another with large deficits and has a very significant debt, it will very often be perceived as still solvent by agents with financing capacity and will therefore have no difficulty in borrowing at low interest rates. Moreover, debt is often compared to GDP, but a state also has assets that can be perceived as insurance by financial actors. In France, a division of INSEE has estimated France's net wealth at fourteen thousand billion seven hundred and sixty-two million euros (14,762,000,000,000 euros), which is almost eight times its GDP or more than seven times its debt.

However, this does not make it eternal. Indeed, "There is no human creation that does not put an end to its existence" (Machiavelli). History has shown us that states can disappear.

Moreover, even if a very high level of debt does not necessarily endanger the survival of a country, it is very dangerous for the people who live there. In Greece, the excessive debt had frightened all the economic actors (notably the IMF) and it was no longer able to borrow from private actors. Eight years of austerity followed and it is still not over! To reassure all the economic actors, Greece has cut its expenses. Here are the words of Prime Minister Tsipras in June 2017 in front of his deputies: "Today we are holding a historic parliamentary session: after eight years, we are voting for the last austerity measures of the ultimate." For example, Greece is the only country in the EU where the minimum wage has decreased since 2008, and in particular it was lowered by 28% in 2013 to 684 euros gross per month.

So, even if the state is an economic agent in its own right, it is not eternal and its solvency can sometimes be questioned. Therefore, a debt that is too high can be a problem, especially since, as is often the case, the first to suffer are the inhabitants of the country in question.



Traduction:


Questions sur la dette On est beaucoup à se poser des questions sur la dette. Pourquoi le Japon est-il si zen alors que sa dette s'élève à plus de 250 % de son PIB ? Pourquoi compare-t-on la dette au PIB ? L'état, n'est-il pas par définition solvable ?...


Suite à mon dernier article sur la dette, plusieurs lecteurs ont partagé leurs idées et leurs remarques en commentaire. J’ai trouvé cet échange intéressant et je vais utiliser cet article pour répondre à certaines de ces remarques plus en détail.


1 - « Je renvoie tous ceux que ça intéresse aux écrits de l’économiste William Nordhaus » Les écrits de Nordhaus ont en effet constitué une base de réflexion pour mon article et il y est d’ailleurs cité. Sa thèse est détaillée dans : “The Political Business Cycle, The Review of Economic studies” 1975.


Pour la résumer brièvement : les gouvernements tiennent à ce que l’économie soit en pleine forme durant les années électorales. Ils ont donc tendance à influencer la conjoncture économique de telle manière à ce que le taux de chômage et d’autres indicateurs économiques renvoient un message positif à l’électorat à la veille d’un scrutin. Ces écrits sont très importants, car ils ont été parmi les premiers à mettre en évidence ces pratiques carriéristes et à désacraliser l’image de l’état bienfaiteur. Les crises économiques importantes durant les mandats sont des périodes durant lesquelles ces comportements ont tendance à stopper. En France, la zone euro et la Banque Centrale Européenne permettent de nuancer la marge de manœuvre de l’état, car le gouvernement français n’a pas un contrôle total de ses politiques économiques.


2 – « Et le Japon alors ? »

Jadis (en 1992), le Japon dégageait un excédent budgétaire, et sa dette publique représentait moins de 70 % du PIB. Aujourd’hui, la Japon a une dette d’environ 10 000 milliards d’euros soit plus de 250 % de son produit intérieur brut ! Les agences de notation lancent régulièrement des avertissements aux autorités nippones et la note souveraine du pays est désormais loin de la prestigieuse note "AAA" perdue en 1998. De plus, le gouvernement ne semble pas s’en préoccuper et le vieillissement de la population ainsi que les différents plans de relance semblent présager une dette encore plus importante dans les années à venir. Le gouvernement a même calculé que son évolution future pourrait atteindre 600 % du PIB en 2060.

Comment est-ce possible ?


Il y a deux raisons principales à mon sens. La première est idéologique : les Japonais ne perçoivent pas la dette d’une manière aussi négative que les Européens. La deuxième : la dette japonaise est détenue à plus de 90 % par des agents économiques japonais. Beaucoup de responsables politiques japonais perçoivent la dette comme un investissement et non pas comme un poids. La dette au Japon, c’est avant tout un pari sur l’avenir.

Autre explication : la dette nippone est détenue très majoritairement par des agents économiques domestiques. En effet, 36,7 % de leur dette est détenue par la Banque du Japon, 24,7 % par les institutions financières du pays et 21,8 % par les assureurs locaux (septembre 2016, selon le ministère des Finances japonais). Par conséquent, moins de 7 % de leur detteest détenue par des étrangers, contre par exemple, 60 % pour la France. Ainsi, le Japon n’est pas sous la menace d’une situation où les investisseurs étrangers, inquiets de la capacité de rembourser du gouvernement, stopperait de prêter au Japon. De plus, les institutions financières nippones continuent d’acheter les obligations émises par l’État dans toutes les situations. Le Japon continue donc de se prêter de l’argent à lui-même, avec des taux d’intérêts négatifs et personne ne considère ça comme un problème. 3- « Il faut voir dans la dette, non pas le fait que l’on vive au-dessus de ses moyens, comme on aime à nous le reprocher pour justifier les mesures draconiennes qu’on nous impose, mais le résultat de la dynamique qui anime le système dans son ensemble. Comment pourrait-il ne pas y avoir de la dette puisque sans dette, il n’y a pas d’argent ? Mais il est tellement plus simple et lucratif pour ceux qui en tirent profit de culpabiliser le citoyen plutôt que d’admettre que si la monnaie est effectivement une dette par nature, elle est une dette de la société envers sa population et non de la société envers les banques. » Philippe Derudder.

La vision de Philippe Derudder peut paraître opposée à la mienne, je pense cependant que nous nous accordons sur certains points. Pour P. Derudder, l’économie est au service de l’homme et non l’inverse. Je partage cette vision. Pour moi, la dette ne peut en aucun cas permettre de culpabiliser l'ensemble des citoyens et il est du devoir des responsables politiques d'assumer leurs responsabilités.

De plus, je n’utilise pas le niveau d’endettement actuel pour préconiser des mesures draconiennes. Je critique justement que ce niveau d’endettement, aussi important soit-il, n’a pas permis de réduire les inégalités ni de véritablement améliorer le quotidien des Français, car il est davantage le résultat d’une utilisation politique des mesures économiques.


4- « Pourquoi toujours rapporté la dette au PIB ?»

Toujours rapporter la dette au PIB peut être trompeur. Par exemple, ce rapport peut porter à confusion lorsqu’on le compare entre les différents états. Prenons l’exemple de deux pays, l’un qui n’a pas fait le choix d’être un état fortement social comme les États-Unis où la part de recettes publiques dans le PIB est d’environ 25 % et un état fortement social comme la Suède où cette part est d’environ 47 %. Si leurs rapports PIB/Dettes étaient les mêmes, ils porteraient à confusion quant au véritable danger que représentent leurs dettes pour leurs économies respectives.

En fait, lorsque l’on parle de la dette, il faut prendre en compte de nombreux indicateurs : recette fiscale/taux d’intérêts sur 10 ans/PIB ... On pourrait aussi parler de dette nette, c’est- à-dire une dette à laquelle on soustrait les « réserves financières » des états : les actifs financiers (actions...). Dans ce cas au contraire, cette dette nette serait inférieure à la brute (environ 37 % du PIB en 2007 pour la France).


5- « La France est le pays le plus taxé au monde, les gouvernements successifs dépensent l’argent des contribuables comme un gosse son argent de poche dans un magasin de bonbons »

Vous avez raison, la France est le pays le plus taxé du monde. L’étude annuelle de l’Organisation pour la coopération et le développement (OCDE) sur la fiscalité révèle que la France est bien en 2017 le pays le plus taxé au monde avec des recettes fiscales atteignant 46,2 % de son PIB (elle est juste devant le Danemark (46 % de son PIB)). L’augmentation de lapression fiscale est une tendance de long terme dans les pays développés. En effet, la moyenne des recettes fiscales des pays de l’OCDE s’élevait à 34,2 % du PIB en 2017 contre 33,8 % en 2000.

Les faits sont là : la France prélève beaucoup et elle s’endette beaucoup. Alors où va l’argent ? Comment pouvons-nous n’avoir que le 26e IDH le plus élevé au monde (ex aequo avec la Tchéquie) ?

Il y a plusieurs éléments à prendre en compte pour répondre à cette question et il est sûr que les responsables politiques et les gouvernements au pouvoir durant les dernières décennies doivent prendre leurs parts de responsabilité. Mon article ne les épargne guère et je critique cette utilisation trop fréquente des politiques économiques à des fins personnelles etcarriéristes. Cependant, je pense qu’il est important de ne pas tomber dans la caricature. De ne pas crier au « tous pourris » ! J’espère que j’ai toujours raison de croire que certains responsables politiques ont une véritable vision et ne sont pas de simples carriéristes.


6- Pourquoi parlez-vous du taux négatif comme « négation du progrès » ?

Quand je parle du taux négatif qui « nie la philosophe du progrès », je parle bien de l’idée qui se cache derrière le taux négatif. En fait, le taux négatif nie la « philosophie du progrès », car il refuse de voir l’intervalle de temps qui sépare le prêt de son remboursement comme une source de progrès, un espace temporel qui va permettre à l’homme de s’améliorer et dans ce cas de générer un profit.

Quand je parle de "philosophie du progrès", je parle de l’idée que le temps qui passe représente pour l’homme une possibilité de s’améliorer. En d’autres termes, que demain nous aurons progressé et c’est cela qui nie le taux négatif.



7- « L’état ce n’est pas une entreprise, il est éternel et donc toujours solvable. La dette ce n’est pas un problème ».

Évidemment, un état n’est pas un agent économique comme les autres. En effet, il n’a pas vocation à être rentable comme une entreprise privée et est considéré comme beaucoup plus solvable que tout autre agent. Ainsi, même si un état enchaîne les années avec des déficits importants et a une dette très significative, il sera très souvent perçu comme toujours solvable par les agents à capacité de financement et n’aura donc pas de mal à emprunter à des taux d’intérêt faibles. De plus, on compare souvent la dette au PIB, mais un état possède aussi un patrimoine qui peut être perçu comme une assurance par les acteurs financiers. En France, une division de l’Insee a évalué le patrimoine net de la France à quatorze mille milliards sept cent soixante-deux millions d’euros (14 762 000 000 000 euros), soit presque huit fois son PIB ou plus de 7 fois sa dette.

Cependant, ça ne le rend pas éternel. Comme nous rappelle Machiavel, « Il n'y a aucune création humaine qui ne met pas un terme à son existence" (Machiavel) et l’histoire nous a d’ailleurs démontré que des états peuvent disparaître.

De plus, même si un niveau de dette très important ne met pas forcément en danger la survie d’un pays, elle est très dangereuse pour les gens qui y habitent. En Grèce, la dette trop importante avait effrayé l’ensemble des acteurs économiques (notamment le FMI) et elle ne parvenait plus à emprunter auprès d’acteurs privés. Huit ans d’austérité ont suivi et ce n’est toujours pas fini ! Pour rassurer l’ensemble des acteurs économiques, la Grèce a coupé ses dépenses. Voici les mots du Premier ministre Tsipras en juin 2017 devant ses députés : « « Aujourd’hui, nous tenons une session parlementaire historique : après huit années, nous votons pour les dernières mesures d’austérité de l’ultime". Par exemple, la Grèce est le seul pays de l’UE où le salaire minimal a diminué depuis 2008 et il a notamment été abaissé de 28 % en 2013 pour atteindre 684 euros bruts mensuels. Donc, même si l’état est un agent économique à part il n’est pas éternel et sa solvabilité peut parfois être remise en question. Par conséquent, une dette trop importante peut être un problème, d’autant plus que comme très souvent malheureusement les premiers à en souffrir seront les habitants du pays en question.




Comments


bottom of page