top of page
  • baptistedefontenay

Is the market economy just?

"Let evil destroy or build, Ramp or be king,

You know I will go, justice, I will go to you! "(Victor Hugo)


Justice is the absolute and the very essence of poetry. It is the quest of every good man and an ideal towards which humanity must strive. But, in this quest for justice, are we going the wrong way? Is Rimbaud's splendid and just city getting further away every day that we wake up in a capitalist system? In other words, is there an equivalence between the market economy and justice?


Since the bitter failure of the USSR, the competition between a market-based economic organisation and a planned economy that rejects the principles of the former seems to have disappeared. Today, the market is more than ever an inescapable reality of our society and it weighs on our daily lives and our relationships with others. However, I refuse to believe that the regulation of human relations today is carried out exclusively by the so-called 'laws of the market' and Herbert Simon (Nobel Prize in Economics) estimates that 20 percent of society's exchanges take place through markets. However, the question of the equivalence between the market economy and justice is no less fundamental and its answer determines how we must think about our social organisation.



Before going any further, I think it is necessary to specify that no economy is exclusively regulated by the market. However, it is legitimate to describe many contemporary economies as market economies because it is indeed through markets that the majority of their economic exchanges take place. To define a market economy one must first define a market and this is not an easy task. What is easier to define and has existed since ancient Greece, is a market place, i.e. a geographical space where a set of agents trade at a certain price. The market is particularly difficult to define because underneath the market there is a multitude of different markets that need to be analysed individually. However, behind each market, there is the same idea according to which the confrontation of supply and demand alone leads to a price that allows exchange. A market economy is therefore an economy that is organised around institutions called markets that decentralise economic activity and allow the supply and demand adjustment process to lead to the exchange price. The exchange only takes place if it satisfies both parties, we speak of a freely agreed exchange.



The market itself is blind and impersonal. In other words, it does not care who the economic agents are: it does not differentiate between a young and an old person, a woman and a man or a Muslim and a Christian. This blindness has a positive aspect, it prevents any discrimination based on these differences precisely because they are not identified. In The Road to Serfdom, Friedrich Hayek reminds us that "for the ancients, blindness was an attribute of the divinity of justice". However, the mere inability to personalise economic agents cannot suffice to demonstrate the equivalence between the market economy and justice.


In fact, the answer to our question: "Is the market economy just? "depends on our conception of justice. Indeed, we can consider that a market is fair as soon as it maximises the total satisfaction of an exchange, i.e. the sum of the satisfaction of buyers and sellers (no matter how this satisfaction is distributed between the different buyers and sellers). In this case, Pareto demonstrated that the market is the best way to achieve justice because the process of adjusting supply and demand leads to an equilibrium price that maximises the satisfaction of the agents who sell and buy. In my opinion, Pareto's vision is a restrictive vision of justice because justice must also consider the particular situations of each individual.



The market is beauty for Baudelaire, an insensitive statue that cries out: "never I cry and never I laugh" (Beauty, verse 8). Amartya Sen (Nobel Prize winner in economics) explains that the market leaves a famine broken even when there is enough food for everyone if it was distributed fairly. In Ireland, for example, the Great Famine (1845-1852), could have been stopped or severely limited if farmers had been able to consume the local grain production. But the market, unconcerned with the different situations of the buyers, exported the production to the richer English consumers.



A more complete definition of justice could be that of Proudhon: "(justice) is the product of this faculty of feeling one's dignity in the person of one's fellow man as in one's own person: it is the respect, spontaneously experienced and reciprocally guaranteed, for human dignity" (On Justice in the Revolution and in the Church). In this case, therefore, there is no equivalence between the market economy and justice. The problem is that the market does not do anything deliberately: it is an impersonal institution whose sole purpose is to maximise profits without considering who will receive these profits. Does this mean we should give up on the market economy?


I don't think so. Capitalism is the most formidable device to produce wealth and history shows that a market economy benefits agents more than a planned economy. Comparisons between South and North Korea or East and West Berlin illustrate this point. To put it simply, maximisation is good because by producing a maximum of wealth, there is an opportunity for everyone to be richer.


This is where the complexity between the reduction of the maximisation of wealth production and the redistribution of this wealth appears. Camus said: "If man fails to reconcile justice and freedom, then he fails at everything. ". For me, the market economy can be the place for this conciliation, but it must be framed to do so.


To go further, I believe that the market economy has no choice but to become just. Indeed, 58 years ago, in Capitalism, Socialism and Democracy, Schumpeter predicted that if the market did not reinvent itself, capitalism would disappear in 100 years, crushed by its unpopularity. Capitalism therefore only has a few decades left to reinvent itself and to generate collective support.


For Berle, the support of the main street (opinion) for Wall Street (the market economy) requires a "tempered" exercise of the market. It is therefore necessary to appeal to the 'consciences of kings': corporate social responsibility. These multinationals and major players in capitalism also have a vested interest in defending a market economy that protects all agents in order to protect a system that benefits them. The ecological question must also be at the heart of their actions because a fair market economy is also a system that leaves a liveable and sustainable world to future generations.


Consumers, when they can afford it, also have a role to play in this transition to a "just capitalism". Indeed, the unpopularity of capitalism often appears as a facade of disaffection that does not always result in strong and oriented consumer choices. Many criticize the injustice of the "capitalist machine" but remain addicted to a production system in which extreme competition and innovation drive prices down, allowing hyper-consumerism. All actors in the market economy must therefore work to force the economic system that seems to be taking hold to become fair.


Thus, I believe that the market economy is not fair but will become fair or disappear.



Traduction:


L'économie de marché est-elle juste ?

« Que le mal détruise ou bâtisse, Rampe ou soit roi, Tu sais bien que j'irai, justice, J'irai vers toi ! » (Victor Hugo)


La justice c’est l’absolu et l’essence même de la poésie. C’est la quête de tout homme de bien et un idéal vers lequel doit tendre l’humanité. Mais dans cette quête de justice, faisons-nous fausse route ? La cité splendide et juste de Rimbaud, s’éloigne-t-elle un peu plus chaque jour où nous nous réveillons dans un système capitaliste ? En d’autres termes, existe-t-il une équivalence entre économie de marché et justice ?


Depuis l’échec cuisant de l’URSS, la concurrence entre une organisation économique fondée sur le marché et une économie planifiée qui récuse les principes de la première semble avoir disparu. Le marché est aujourd’hui plus que jamais une réalité incontournable de notre société et il pèse sur notre vie quotidienne et nos rapports à l’autre. Cependant, je me refuse à penser que la régulation des rapports humains s’effectue aujourd’hui exclusivement par les prétendues « lois du marché » et Herbet Simon (prix Nobel d’économie) évalue pour sa part que 20 pour cent des échanges de la société se passe par des marchés. Mais la question de l’équivalence entre économie de marché et justice n’en est pas moins fondamentale et sa réponse détermine la façon dont nous devons penser notre organisation sociale.


Avant tout développement, il me parait nécessaire de préciser qu’aucune économie n’est exclusivement régulée par le marché. Cependant, il est légitime de qualifier de nombreuses économies contemporaines d’économie de marché, car c’est bel et bien par des marchés que s’effectuent la majorité de leurs échanges économiques.


Pour définir une économie de marché il faut d’abord définir un marché et ce n’est pas une tâche facile. Ce qui est plus facile à définir et qui existe depuis la Grèce antique, c’est une place de marché, c’est-à-dire un espace géographique où un ensemble d’agents échangent à un certain prix. Le marché est particulièrement difficile à définir car sous le marché se cachent une multitude de marchés différents qu’il convient d’analyser individuellement. Mais, derrière chaque marché il existe une même idée selon laquelle la confrontation de l’offre et de la demande seule permet de déboucher sur un prix qui permet l’échange. Une économie de marché c’est donc une économie qui s’organise autour d’institutions appelées marchés qui décentralisent l’activité économique et qui permettent un processus d’ajustement de l’offre et de la demande débouchant sur un prix. L’échange n’a lieu que s’il satisfait les deux parties, on parle d’un échange librement consenti.

Le marché en lui-même est aveugle et impersonnel. Autrement dit, il ne se soucie pas de qui sont les agents économiques : il ne fait pas la différence entre un jeune et une personne âgée, une femme et un homme ou un musulman et un chrétien. Cette cécité a un aspect positif, elle empêche toute discrimination basée sur ces différences justement parce qu’elles ne sont pas identifiées. Par ailleurs, dans La Route de la servitude, Friedrich Hayek nous rappelle que « pour les anciens la cécité était un attribut de la divinité de la justice ».


Cependant, la simple incapacité à personnaliser les agents économiques ne peut pas suffire à démontrer l’équivalence entre économie de marché et justice. En fait, la réponse à notre question :«l’économie de marché est-elle juste ? » dépend de notre conception de la justice. En effet, on peut considérer qu’un marché est juste dès lors qu’il permet de maximiser la satisfaction totale lors d’un échange, c’est-à-dire la somme de la satisfaction des vendeurs et des acheteurs (peu importe comment cette satisfaction est répartie entre les différents acheteurs et vendeurs). Dans ce cas, Pareto a démontré que le marché est le meilleur moyen d’accéder à la justice car le processus d’ajustement de l’offre et de la demande débouche sur un prix d’équilibre qui maximise de la satisfaction des agents qui vendent et qui achètent. A mon sens, la vision de Pareto est une vision restrictive de la justice car la justice doit aussi prendre en compte les situations particulières de chacun, ce que le marché ne fait pas.


En fait, le marché, c’est la beauté pour Baudelaire, une statue insensible qui crie : « Jamais je ne pleure et jamais je ne ris » (La Beauté, vers 8). Ainsi, Amartya Sen (prix Nobel d’économie) explique que le marché laisse une famine éclatée même quand il y a assez de nourriture pour tout le monde si elle était distribuée justement. En Irlande, par exemple, la Grande Famine (1845-1852), aurait pu être stoppée ou fortement limitée si les paysans avaient pu consommer la production de céréales locale. Mais le marché, peu soucieux des différentes situations dans lesquelles se trouvent les acheteurs, exportait la production ver les riches consommateurs anglais plus offrants.


Une définition plus complète de la justice pourrait être celle de Proudhon : « (la) justice est le produit de cette faculté de sentir sa dignité dans la personne de son semblable comme dans sa propre personne : c’est le respect, spontanément éprouvé et réciproquement garanti, de la dignité humaine » (De la justice dans la révolution et dans l’Église). Dans ce cas, il n’y a pas d’équivalence entre économie de marché et justice. Je précise que le marché n’a pas pour but de créer cette injustice, en fait, le problème c’est justement qu’il ne fait rien délibérément : c’est une institution impersonnelle dont personne n’est à la tête et qui a pour seul but de maximiser les gains sans savoir qui les récupérera.


Faut-il pour autant renoncer à l’économie de marché ? Je ne le pense pas. Le capitalisme est le plus formidable dispositif de production de richesse et l’histoire révèle qu’une économie de marché bénéficie davantage aux agents qu’une économie planifiée. Les comparaisons entre Corée du Sud et Corée du Nord ou Berlin-Est et Berlin-Ouest illustrent cette affirmation. Pour le dire simplement, la maximisation a du bon, car en produisant un maximum de richesse, il y a une possibilité pour tout le monde d’être plus riche. De plus, l’économie libérale porte comme en son sein la liberté, autre principe fondateur de nos sociétés. C’est là qu’apparaît toute la complexité entre réduction de la maximisation de production des richesses et redistribution de ces richesses. Camus affirmait d’ailleurs que : « Si l'homme échoue à concilier la justice et la liberté, alors il échoue à tout. ». Pour moi, l’économie de marché peut être le lieu de cette conciliation, mais elle doit pour se faire être encadré.


En fait, je pense que l’économie de marché n’a pas d’autres choix que de devenir juste. En effet, il y a 58 ans, dans Capitalisme, Socialisme et Démocratie Schumpeter prédisait que s’il ne se réinventait pas le capitalisme disparaîtrait dans 100 ans écrasé sous son impopularité. Le capitalisme n’a donc plus que quelques décennies pour se réinventer et susciter une adhésion collective. Pour Berle, l’adhésion de la main street (l’opinion) pour Wall Street (l’économie de marché) passe par un exercice du marché « tempéré ». Il faut ainsi en appeler aux « consciences des rois » : la responsabilité sociale des entreprises. Ces multinationales et ces grands acteurs du capitalisme ont par ailleurs tout intérêt à défendre une économie de marché qui protège l’ensemble des agents pour protéger ce système qui leur réussit. La question écologique doit aussi être au cœur de leurs actions car une économie de marché juste c’est aussi un système qui lègue un monde vivable et soutenable aux générations futures. Le consommateur (quand il peut se le permettre) a aussi un rôle à jouer dans cette transition vers un capitalisme juste. En effet, l’impopularité du capitalisme apparaît souvent comme une désaffection de façade qui ne résulte pas toujours en des choix de consommation forts et orientés. Beaucoup critiquent l’injustice de la « machine capitaliste » mais restent addictes à un système de production ou l’extrême concurrence et l’innovation tirent les prix vers le bas permettant l’hyper consumérisme. Tous les acteurs de l’économie de marché doivent ainsi œuvrer pour forcer le système économique qui semble s’imposer à devenir juste.


Ainsi, je pense que l’économie de marché n’est pas juste, mais le deviendra ou disparaîtra.



コメント


bottom of page